Il y a 272 produits.

Filtres actifs

Affichage 1-54 de 272 article(s)

Les différents piercings oreilles.

Le piercing est une pratique de perçage du corps. Il s’agit d’une partie bien précise qui, de nos jours, est généralement bien découverte. Cette pratique est très ancienne puisque selon les historiens et les scientifiques qui se sont penchés sur le sujet, il serait apparu dès les premières sociétés humaines. Les premières traces de perforations du corps pour y insérer un ornement remonterait au néolithique, plus précisément en Afrique. Ce seraient ainsi les Mursi, une tribu située à l’actuelle Éthiopie, qui avaient créé le piercing en utilisant des labrets en pierre insérés au niveau de la lèvre ou des lobes de l’oreille.

On retrouve également des traces plus présentes du piercing dans l’Antiquité. Déjà dans l’Égypte antique, les boucles d’oreille pouvaient identifier le rang social des hommes. Les bijoux en or distinguaient ceux des hauts niveaux sociaux. Pour la famille royale, un piercing au nombril était fréquent.

Le piercing est également présent dans la Bible. On citera par exemple Rebecca, épouse d’Isaac, le fils d’Abraham dont un domestique lui avait offert des boucles d’oreilles. Le livre de l’Exode mentionne également dans un de ses passages le perçage de l’oreille comme une marque d’esclavage.

Plus on avance dans le temps, plus on arrive à retrouver des traces récentes du piercing de l’oreille. C’est le cas des civilisations grecques et romaines.

En Amérique, les perçages corporels étaient également des pratiques très populaires. Leurs significations différaient selon la tribu ou les civilisations. Par exemple, chez les peuples Maya ou Aztèque, le piercing, selon un rituel précis, pouvait être une marque d’élite où les individus perforés pouvaient entrer en contact avec les divinités. Chez les précolombiens, les piercings pouvaient marquer l’identité sociale élevée.

Pour la civilisation indienne, elle est célèbre pour le piercing nasal où c’est une vraie coutume et est surtout réservé à la classe supérieure. La Syrie est quant à elle réputée pour le piercing de l’oreille.

Si le piercing des oreilles existe au moins depuis l’Antiquité, sa pratique a su se développer jusqu’à être omniprésente dans pratiquement toutes les sociétés modernes. Il est devenu un véritable phénomène de mode et s’est développé dans tous les rangs sociaux de la population mondiale. La principale raison du choix de l’oreille résulte en grande partie par sa position sur le corps. En effet, il est situé de chaque côté de la tête privilégiant ainsi sa visibilité. Actuellement, pratiquement toutes les femmes ont un piercing du lobe qui est devenu une marque de la féminité. Cependant, le milieu du 20ème siècle a vu un regain d’intérêt du piercing de l’oreille auprès du public masculin notamment grâce aux nombreux mouvements culturels aux États-Unis.

Bien que le piercing oreille puisse être considéré comme banal, il ne faut pas oublier que cette partie du corps peut prendre du temps à se cicatriser. A cet effet, il est de mise de ne pas négliger les règles d’hygiène ainsi que les bonnes pratiques afin d’éviter les complications, notamment les infections. L’oreille étant principalement cartilagineux, des complications comme les chéloïdes peuvent apparaître. Ce sont des excroissances de la peau qui se forment autour du piercing. Aussi, il n’est pas rare que des sensations d’irritation se font ressentir.

Dans cet article, nous allons nous focalisé sur un type de piercing précis, celui de l’oreille. Nous verrons une généralité sur cette pratique ainsi que les différents piercings oreilles existants. 

Le piercing hélix.

L’hélix est la partie supérieure de l’oreille qui constitue son bord. Il est essentiellement composé de cartilage. La forme de l’hélix peut différer d’un individu à l’autre dont le repli sur lui-même peut être plus ou moins prononcé. Par ailleurs, le mot hélix a une origine grecque qui peut être littéralement traduit par spirale ou vrille. Le piercing hélix est ainsi un perçage fait à cette partie de l’oreille. Il peut se faire n’importe où sur le bord de l’oreille et peut également se faire en combinant plusieurs piercings pour une touche d’individualité et d’originalité plus marquée. Selon les statistiques, ce type de piercing est d’avantage rencontré chez les femmes que chez les hommes.

D’une manière générale, comme il s’agit de cartilage, le piercing hélix est relativement douloureux. Là encore, les douleurs ressenties peuvent différer d’un individu à l’autre. Pour ce qui est de la cicatrisation, elle peut s’étendre sur une période allant jusqu’à 9 mois selon l’individu et la position du piercing. En effet, plus il sera plus haut, plus la guérison peut être longue à cause des contacts potentiels avec les cheveux.

Pour se faire percer à l’hélix, il est déconseillé d’utiliser un pistolet à cause du grand risque d’infection. Cette pratique est d’ailleurs illégale actuellement. Le meilleur choix c’est de faire appel aux services d’un perceur professionnel.

Les bijoux conseillés pour le piercing hélix sont les anneaux, le barbell etc...

Piercing Anti-Hélix.

Le piercing Anti-Hélix est une variante de l’Hélix. C’est la partie située à la base de l’oreille, à côté du crâne. Cette position rend encore la cicatrisation plus longue. La sensation de douleur lors de sa pose peut être relativement plus intense que l’Hélix. Toutefois, elle reste modérée et peut différer selon l’individu percé. En dehors de cela, il partage les mêmes méthodes de perçage et bijoux que l’hélix.

Le piercing industriel.

Le piercing Industriel est également appelé piercing Scaffold. Il s’agit entre autre d’une combinaison du piercing hélix. En effet, pour ce type de piercing, il faudra faire un double perçage. A cause des frottements potentiels sur les deux trous, la cicatrisation peut durer jusqu’à 1 an.

Pour la mise en place du piercing industriel, comme il s’agit d’un double hélix, l’utilisation de pistolet reste toujours illégale. Le soin appliqué pour son entretien mérite également une double attention.

Pour ce qui est des bijoux à mettre, il existe des bijoux spéciaux appelés « Industriel ».

Selon le choix de chacun, le piercing industriel peut être en diagonal ou vertical.

Le piercing rook.

Le piercing rook est situé sur la partie intérieure de l’oreille, plus précisément sur le morceau de cartilage à la base de l’hélix. Ce type de piercing est encore relativement peu répandu. Compte tenu de l’épaisseur du cartilage à cause de la zone de repli que présente cette partie de l’oreille, le piercing rook peut être douloureux. Par ailleurs, cette partie de l’oreille diffère également d’une personne à une autre. A cet effet, le rook ne peut pas être fait sur n’importe quel individu. Il faut que la morphologie de la personne soit adéquate au perçage. Pour cela, le repli doit être suffisamment prononcé pour pouvoir être percé.

D’une manière générale, le piercing rook, bien que plus douloureux, met beaucoup moins de temps à se cicatriser. En générale, la guérison du rook ne dépasse pas les 6 mois sauf cas exceptionnel.

Comme il s’agit de piercing d’un cartilage, afin de minimiser les risques d’infections et de rejets, il est conseillé de se rendre chez un professionnel pour la pose d’un piercing rook.

Les bijoux adaptés à un piercing rook sont les petits anneaux, les micro-barbells courbés ou droits etc.…

Le piercing snug.

Le piercing snug peut être considéré comme une extension du piercing rook. Il connaît ainsi moins d’adeptes au même titre que le rook. Leur principale différence concerne surtout leurs positions. En effet, si le rook est située sur le cartilage interne supérieur de l’oreille, le snug est sur le même cartilage mais au niveau de la partie inférieure. Par ailleurs, il faut également faire la différence entre le snug et l’anti-tragus. Bien que se prolongeant, ce dernier est un cartilage différent et situé bien plus bas.

Comme pour le piercing rook, le snug n’est pas possible sur toutes les oreilles. Il faut que le cartilage présente un repli suffisamment épais pour pouvoir être percé.

Le piercing snug partage également les mêmes règles de perçage que le rook. C’est-à-dire que l’utilisation du pistolet est déconseillée et même devenue illégale à cause des risques accrus de rejets et d’infections. Le meilleur choix pour sa pose reste la consultation d’un professionnel. Par ailleurs, sa cicatrisation est plus longue et peut durer jusqu’à 1 ans.

Les bijoux conseillés pour le piercing snug sont les anneaux ou les barbells de petite taille.

Le piercing daith.

Le daith est la partie de l’oreille formée par le repli du cartilage à l’extrémité de l’hélix. Lorsqu’on touche l’oreille, c’est celui que l’on sent directement au-dessus du conduit auditif. De part sa position très proche de celle du rook, les deux sont très souvent confondus. En réalité, ces deux parties se font face à face, le daith se trouvant plus à l’intérieur.

Le piercing daith consiste alors à mettre un bijou sur cette excroissance interne de l’oreille. Étant donné sa petite dimension, il est difficile d’écarter le daith, strecher selon le jargon du piercing. En effet, sur cette zone, le cartilage est très épais en plus d’une peau moins disponible.

Comme tout piercing sur un cartilage, le daith ne se perce plus au pistolet. Un professionnel utilisera une petite aiguille ainsi que d’autres outils stérilisés. La cicatrisation peut aller jusqu’à 6 mois.

Compte tenu de la petite taille de la zone travaillée et qu’il s’agisse de la partie intérieure de l’oreille, les bijoux conseillés sont les petits anneaux ou les petits barbells courbés.

Le piercing tragus.

Le tragus est une partie de l’oreille qui tient son nom du grec tragos qui veut littéralement dire bouc. En effet, il s’agit d’un cartilage en forme de saillie du pavillon de l’oreille. Sa forme ainsi que la présence de petits poils dessus rappellent la forme de la barbiche de l’animal. Le tragus est directement au niveau du conduit auditif externe de l’oreille afin de le protéger. C’est la petite excroissance cartilagineuse de forme triangulaire à ce niveau.

Le piercing tragus connaît beaucoup d’adeptes puisqu’en plus d’être moins douloureux, il cicatrise relativement vite. La période de guérison ne dépasse généralement pas les 3 mois selon chaque individu. Cependant, la cicatrisation du tragus peut aller jusqu’à 1 an si la personne présente une mauvaise  tolérance au piercing ou que les règles d’hygiène étaient mal appliquées.

L’utilisation du pistolet est désormais illégale pour le piercing tragus comme c’est un cartilage. Ainsi, il est fortement conseillé de consulter un spécialiste pour sa pose.

Comme pour toutes les parties cartilagineuses internes de l’oreille, les bijoux adaptés au tragus sont les petits anneaux, les petits barbells, etc....

Le piercing Anti-tragus.

L’anti-tragus est l’excroissance cartilagineuse située juste en face du tragus et au-dessus du lobe.

Mise à part leurs positions, les règles applicables au piercing anti-tragus sont pratiquement les mêmes que ceux du tragus. Par ailleurs, tous les deux présentent les mêmes attraits chez leurs adeptes. Il n’est pas rare qu’un individu porte ces 2 types de piercing en même temps.

Le piercing conque.

Le piercing conque également appelé conch ou shell se met sur la partie centrale de l’oreille. Juste à l’intérieur, derrière le cartilage où le piercing snug est posé, se trouve une petite surface plate avant l’entrée du conduit auditif. Visuellement, cette surface a une grande similarité avec la forme du coquillage appelé conque ou conch en anglais. De par le fait qu’il faut percer un cartilage plus épais, la pose du piercing conque peut être douloureuse. Cependant, sa cicatrisation ne dépasse généralement pas les 6 mois.

Le piercing conque doit se faire chez un professionnel qui n’utilisera pas un pistolet du fait qu’il faudra travailler sur un cartilage.

En général, le bijou phare pour le piercing conque reste l’anneau qui va venir entourer toute la partie externe de l’oreille. Cependant, étant sur une partie plus grande, les labrets ou autres fers à cheval peuvent être utilisés.

Le piercing scapha.

Le piercing scapha est pour le moins une dérivée du piercing conque. La grande différence se trouve au niveau de leurs emplacements. En effet, le scapha se trouve sur la partie supérieure quand la conque est au juste milieu.

Les mêmes règles restent alors pour ces 2 piercings tant au niveau des techniques de perçage que les bijoux utilisés.

Le piercing lobe.

Le piercing lobe est considéré comme un classique. En effet, c’est le type le plus répandu au monde. C’est également le seul où le pistolet peut être utilisé puisque cette partie est dépourvue de cartilage. A cet effet, sa guérison est très rapide et ne demande pas plus de 2 mois.

Le piercing lobe horizontal est une variante qui commence à se démocratiser. Il s’agit de traverser complètement le lobe transversalement et horizontalement.

Pratiquement tous les bijoux peuvent être utilisés pour le piercing lobe.