Quel style de tatouage choisir? Première partie

Publié le , par Alex
Catégories :

1. Le style Old School

A caractère social, l’esthétique n’est pas le principal motif du tatouage style Old School. Graphiquement identifiable par son dessin un peu grossier, avec d’épais contours noirs  des couleurs primaires très peu nuancées, le tatouage traditionnel ou Old School se développe dès les  années 30 aux États Unis. A cette époque les techniques du tatouage étant limitées, son rôle et ses symboliques, son rôle était cantonné principalement à l’expression d’une appartenance à un groupe; tel que les Bikers, marins…

Les thèmes récurrents du tatouage traditionnel sont inspirés de thèmes maritimes comme les hirondelles, l’ancre marine;  symboles du cycle, du retour à la terre et de l’ espérance. Les roses, les panthères, les pin-up, les aigles, le poignard… plus prosaïques sont aussi prisés par les adeptes du tatouage de 1930 aux années 60.

D’esthétique surannée, il reconquiert sa place sur le corps des tatoués avec l’émergence du rétro et du vintage.

2. Le style calligraphie ou lettrage

La calligraphie est l’art de l’écriture, utilisée comme mode témoignage dans la civilisation Égyptienne et Grecque , l’écriture en Orient et en Asie  possédait quant à elle une valeur mystique.

Le tatouage calligraphique est la reproduction d’une phrase, d’un nombre ou d’un mot.

Le lettrage est le tatouage d’une, voire de plusieurs lettres ne formant ni mot, ni phrase.

Le tatouage calligraphie ou lettrage s’est d’abord développé en Chine et au Japon, le tatouage calligraphique s’est ensuite développé en Europe et aux États-Unis, ou l’on s’est mis à tatouer des phrases, des citations, déclarations d’amour, etc…le lettrage se développera ensuite.

Tous les types de calligraphie sont utilisés:

Les écritures orientales-chinoise et japonaises-, arabes, latines et cyrilliques.

Issu de la calligraphie occidentale on peut décliner plusieurs styles: gothique, romain, celtique…etc…

Un prénom, une citation, un proverbe tout est motif à tatouage.

3. Le style 3D

Style de tatouage stupéfiant, traitant le réalisme à son paroxysme le tatouage en 3 dimensions s’est développé au cours des années 90 à l’instar du cinéma, dessins animés et des jeux vidéos.

Très prisé par les gameurs, ce sont  grâce à des techniques de tatouages de plus en plus élaborées et à l’aide de dermographes haut de gamme que les tatoueurs, utilisant la technique cavalière sont parvenu à relever le pari de la 3D.

4. Le style Polynésien Maori

Le terme Tattoo ou tatouage en français provient du mot tatau en polynésien qui signifie frapper, historiquement,  c’est à la fin du XVIII ème siècle que le mot est rapporté en occident par James Cook au retour de ses voyages en Polynésie.

D’origine Maori, le tatouage polynésien est empreint d’une très forte symbolique. Rite de passage le tatouage marquait le corps des polynésiens au cours de leur vie, il était avant tout destiné au personnalités prestigieuses .

La technique originelle de tatouage polynésien est extrêmement douloureuse: on utilisait un peigne composé de dent de requins ou d’os ou bout d’un manche sur lequel le tatoueur tapait afin d’insérer des pigment dans le derme.

Banni par les missionnaires à la fin du XVIIIeme, le tatouage polynésien est réapparu de nos jours chez les polynésiens attachés valoriser leurs origines.

L’esthétique de ces tatouages et leur symbolique forte, ont déclenché un vif engouement partout dans le monde dès les années 80 ainsi, les motifs polynésiens et marquisiens sont désormais monnaie courante dans les studios de tatouage.

5. Le style celtique

Peuple originaire d’Europe occidentale et centrale, la culture celte est largement teintée de légendes et mythes populaires avec l’emploi de motifs symboliques mystérieux et stylisés.

Au Moyen-Âge, afin d’exprimer son statut social et son appartenance à une tribu, les celtes ont eu recours au tatouage. Principalement destinés aux guerriers, qui se trouvaient alors en haut de l’échelle sociale pouvaient, les tatouages était aussi un motif pour perturber l’adversaire et  pouvaient parfois recouvrir leur corps dans sa totalité.

Très élégants et caractérisés par une complexité de courbes entremêlées et de nœuds, la symbolique mystique confère au style du tatouage celtique une forme de pouvoir mystérieux.

Le principe du style esthétique celtique est l’enchevêtrement de liens aussi les motifs les plus répandus sont bien-sur la Croix Celtique et le nœud celtique mais tout autre motif ou sujet conviendra si le principe est respecté

6. Le style New school

Le style New School réutilise les motifs Old School dont on a parlé plus haut, tels que la rose, le coeur, les pin-up, hirondelles…mais en l’adaptant au style cartoon, à l’esthétique du graffiti ou du street art.

Les couleurs et les formes sont outrancières ce qui donne à ces tatouages un caractère loufoque, joyeux et déjantés.

7. Le style Tribal

Le style tribal est comme son nom l’indique inspiré de l’esthétique et de la symbolique des tribus primitives des iles du Pacifique, notamment la Polynésie.

Développé dans les années 70 par Leo Zulueta,  le tatouage est donc la réappropriation ou la relecture du style traditionnel tribal dans l’esthétique moderne.

Ces tatouages ont totalement perdu leur symbolique originelle et n’en revête plus que l’aspect esthétique.

Il est constitué de lignes noires de formes, épaisseurs, coupures et densités très variées. Il est conçu pour valoriser et magnifier les courbes et formes naturelles du corps.

8. Le style Gothique

Apparu à la fin des années 70 en Angleterre, ce courant dont l’esthétique est très largement inspiré du cinéma expressionniste allemand, de la littérature fantastique et du film d’horreur. Courant de contre culture, les adeptes du tatouage gothique énonce leur marginalité en arborant leur tatouage.

Les motifs et les codes esthétiques du style gothique sont aisément identifiables: squelettes, vampires, tête de mort, crâne béants, serpents, la distorsion des proportions et le traitement des couleurs vives ou passées sont souvent utilisés pour que le tatouage effraie.